AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un matin comme tous les autres.. enfin peut être pas.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
Anne Providence
Corsaire en Herbe
avatar

Nombre de messages : 396
Age : 43
Localisation : Là où ça fait mal !
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Re: Un matin comme tous les autres.. enfin peut être pas.   Mer 16 Sep - 1:35

Et Liberty ensuite, comme moi. Échouée sur la plage à la suite de quelques soucis que je préférais enfouir au fond de ma mémoire. Liberty refuge de ceux qui n'ont plus rien ? Pourquoi n'étais-je pas venue ici la tête haute quand Armando m'y avait convié ?


Il faut vivre avec ses erreurs, et sur cette pensée je revins à Luun. Il était toujours dans mes bras silencieux, souffrant sans doute
d'avoir raviver ses blessures. Pas de chance pour lui, la compassion ne fait pas vraiment partie de mes qualités.

Un nouveau baiser dans le cou.


Nous vivons avec nos erreurs et notre passé, dont l'utilité est de nous rendre plus... durs, plus expérimentés pour la suite, plus
prudents peut-être aussi.

Je préfère enfouir le passé, il fait trop mal, mais il est vrai que je n'ai pas d'avenir non plus :
Demain je serais morte.

Devant mes yeux dansaient des flammes et ce n'étaient pas forcément celles de la cheminée de Luun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luun
Loup blanc
avatar

Nombre de messages : 3311
Localisation : Perdu au sein des ombres
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Un matin comme tous les autres.. enfin peut être pas.   Mer 23 Sep - 23:54

Le silence s’installa dans la chambre, tout juste brisé par le feu crépitant derrière eux, les buches craquant sous la langue des flammes les léchant petit à petit avec un appétit toujours dévorant. Pour l’heure plus de mot n’était nécessaire ni souhaité. Doucement le Loup embrassa la main de la Tigresse. Une fois. Puis deux. A la troisième il était retourné vers elle et ce n’était plus la main qu’il visait. Bientôt les deux prédateurs roulèrent au sol et se fondèrent une fois de plus l’un dans l’autre, oubliant un temps leur passé, leur condition, ne retenant que leurs ébats comblant leur envie à ce moment précis. Anne et Luun échangèrent baisers caresses morsures et autres attouchements le temps de se libérer du poids de ce passé et de ce présent, ne gardant au sein de leur conscience que ce que leur faisaient parvenir leurs sens.

Deux heures plus tard ils étaient sur le tapis dans les bras l’un de l’autre, discutant un peu sans réellement avoir de sujet suivi quand ils commencèrent à parler stratégie et que le Loup parla de jeu d’échec.

Ce jeu était inconnu de la pirate, aussi Luun se leva-t-il pour aller chercher un plateau de jeu et deux lots de figurines en bois (de cèdre et de bouleau) pour le lui présenter. Il les plaça sur l’échiquier sous le regard intrigué de la tigresse et s’assit devant en tailleur avant de commencer les explications. Dans un premier temps il nomma les différentes pièces et lui expliqua les déplacements autorisés. Ses sourcils se fronçaient sous la concentration pour retenir tout ce que le Loup lui disait mais elle semblait déjà avoir des idées derrière la tête. L’une d’elle perça aussitôt qu’il lui révéla que c’était toujours aux blancs de commencer.


-Quoi ? Et pourquoi les noirs n’auraient pas la main ? Pourquoi il faudrait toujours que ce soit aux blancs de commencer ? C’est injuste.
-Mais non, chacun joue à tour de rôle les blancs voilà tout, à chaque partie on change celui qui commence.
-Ca ne change rien ! C’est toujours les noirs qui ont le désavantage.
-Pas du tout. Si les blancs ont l’avantage d’un coup d’avance, les noirs ont eux l’avantage de la réflexion et du positionnement.
-Mouais, mais… Mais je préfère largement quand nous avons l'initiative !
-Stop, pas de mais, c’est ainsi et baste, la suite maintenant !


Luun reprit la suite de ses explications en présentant les objectifs, les manières de gagner ou de ne pas perdre et rapidement replaça les personnages pour une première partie. Sauf qu’elle ne voulait pas jouer, elle avait croisé ses bras et regardait le plateau d’un mauvais œil. Comme elle ne disait rien il dut prendre la parole.

-Quoi encore ?
-Ca ne me plait pas.
-Quoi donc ?
-Les échecs.
-Tu aimes la stratégie pourtant non ? Ce jeu devrait t’intéresser et puis tu n’as même pas encore essayé.
-Non je parle du nom. C’est affreux, négatif, pourquoi l’avoir appelé comme ça ? On part perdant ? J'ai beau dire que je serais morte demain, je fais tout pour rester en vie. Alors commencer « ça » en parlant d'échec, non merci.
-Je suppose que ce nom a été choisi parce que dans les guerres entre seigneur il n’y a pas de mort entre les familles royales, juste une mise en échec de l’avancée de l’autre pour pouvoir protéger ou prendre ses terres.
- Pas de sang... Tsss, c'est la moitié du plaisir de gâché ! Tout comme le fait que tu ne joues pas vraiment ta vie et que tu ne lis pas la peur dans les yeux de ton adversaire. Ca n'est pas crédible. Regarde ! Comme s’il y avait des fous dans une armée !


La tigresse fit tomber l'un des fous pour accentuer son propos. Devant le regard calme mais déterminé du loup elle baissa le pavillon et remit le pion en place.

-Bon j'admets on a bien VRV, il tient assez bien le rôle non ? Il n'est pas très utile de toute façon....
-Pff… à proprement parler non, mais l’on dit que les fous jouent souvent des rôles importants dans les intrigues de la cour. Or une guerre ne se tient pas seulement sur un champ de bataille.
-Et les chevaliers là, c’est complètement absurde de se déplacer comme ça ! Demande à Ulysse ce qu'il en pense !
-Cavalier, pas chevalier.
-Peu importe c’est idiot.
-Anne ?
-Quoi ?
-Tu veux jouer à ce jeu ou inventer le tien ?


Le Loup l’invita de la main à commencer, ayant mis les blancs face à elle. La Tigresse ne répondit rien mais finit par libérer ses bras… pour faire tourner le plateau de jeu et commencer de jouer, avec les noirs. Luun soupira mais continua avec les blancs. Les débuts furent difficiles pour la pirate. Luun l’écrasa aisément et rapidement. La deuxième partie ne fut guère plus longue. A la troisième il l’arrêta en plein jeu tandis qu’elle commençait à s’énerver et lui demanda :

-Pourquoi crois-tu que je te bats ?
-Parce que tu connais ce jeu depuis longtemps tiens !
-Non, ce n’est pas la raison.
-Ah oui !?
-Regarde ton jeu, repense aux parties précédentes et dis-moi ce qui ne va pas.


La Tigresse croisa à nouveau ses bras et commença à grogner. Fort visiblement elle ne dirait rien, quand bien même elle réfléchirait à la question.


-Ton jeu est totalement déséquilibré, inefficace, prévu. Tu t’appuies trop sur tes tours et cherche trop celles de l’adversaire, c’en est un jeu d’enfant de te tendre un piège. Tes fous ! Tu ne les touches même pas sauf pour dégager certaines pièces. Tu te coupes toi-même de certains de tes atouts et joue tel un fauve fonçant tête baissée sur une pièce de viande déposée au milieu d’un champ de pieux. Comment voudrais-tu réaliser quelque chose en agissant ainsi ?
-Mettre en échec un seul homme j'ai du mal à la concevoir. Tu sais je préfère faire place nette! Tout nettoyer.

Un sourire carnassier vint couronner sa déclaration. Pourtant Luun toujours aussi calme chargea à nouveau. Le sermon était dur mais le ton doux. Luun était franc mais restait gentil. Anne était capable, une fois qu’elle acceptait les règles du jeu. Car elle avait beau souhaiter imposer les siennes, nombreuses étaient les situations où cela n’était tout simplement pas réalisable ni même envisageable. La Tigresse ne répondit rien mais recommença à jouer, différemment. Peu à peu les parties devinrent plus équilibrées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne Providence
Corsaire en Herbe
avatar

Nombre de messages : 396
Age : 43
Localisation : Là où ça fait mal !
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Re: Un matin comme tous les autres.. enfin peut être pas.   Dim 4 Oct - 23:35

La nouveauté passée, le jeu perdit de son intérêt, les parties s'enchainaient, mais cela devenait trop répétitif. Quand Luun replaça une énième fois les pièces sur l'échiquier je le balayais d'un coup de patte rageur.

Non contente de passer mes nerfs sur le jeu, je me levais et commençais à tourner en rond dans la chambre du loup. Le temps de la réflexion était passé, je rêvais d'actions, mais sans avoir aucun objectif.

Pire,les noires pensées de la séparation avec la Confrérie et la Vendetta resurgissaient. Que faire désormais ? Je n'avais pas eu Titus et Branlouz m'attendait avec les 4 Lunes à la grotte aux esprits. Devais-je m'y rendre ?


Les soucis me fronçaient les sourcils, je demeurais silencieuse hantée par mes démons intérieurs. La Confrérie, le désaveux de Tyler,
l'élection de Sing, le kidnapping de Sing. Autant de papillons noirs qui volaient autour de moi sans jamais se poser, restant insaisissables.


Quand Luun s'approcha pour poser ses mains sur moi, jouant à me chatouiller pour m'arracher un rire ou juste sourire, il ne trouva
qu'une loque humaine entre ses mains.


Face à mon manque de réaction, il soupira et me serre dans ses bras, me caressant les cheveux et m'embrassant le front.

Je restais inerte, seule une larme échappée de l'un de mes yeux coula le long de ma joue, se perdant dans mon cou et plus bas encore. Mes lèvres s'entrouvrirent enfin pour laisser échapper quelques mots :

Je suis fatiguée Luun... L'écorché a raison quand il me traite de chaton, je ne vaux guère mieux.


Il me prit le visage entre ses mains et tient son visage devant le mien.

Et moi, suis je vraiment qu'un chiot? Crois tu qu'il faille être tout le temps crocs sortis pour être ce que nous sommes?
- Non tu es un loup !
- Tu es une tigresse, et ce n'est
pas parce que tu es plus douce et calme par moment que cela change
quoi que ce soit.
- Qui m'a vu sortir les griffes et le crocs
dernièrement ? je ne fais que ronronner et pire.
- Et alors?
- Je pleure.
- Tu sais... moins on te voit, et plus tu es à
craindre moins tu frappes et plus tu es dangereuse, car on ne sait
de quoi tu es capable, on ne sait quand tu frapperas.
- Si je frappe encore...
- Ce qui n'est pas une obligation.


Il s'approcha encore pour m'embrasser, je me laissais faire et devient plus entreprenante.


Il finit par chuchoter à mon oreille.

Il n'y a pas que survivre, il y a aussi vivre, même sur un sol fixe, même ici, on peut trouver des moments agréables.
- Agréables oui..
- Et il n'y a pas qu'en se battant qu'on se fait respecter,
aimer..
- Je ne suis pas faite pour être aimée mais haïe.


Pourtant ce ne fut pas des actes de haines nous échangeâmes ensuite. Les mots firent placent aux geste, aux cris et aux gémissement.

Plus tard, j'étais allongée à côté de Luun, la tête sur son torse, l'oreille non loin de son cœur, un peu rêveuse et fatigué. Je sentais la main de Luun caressant mes cheveux.


Mes cheveux ?

Je réalisais qu'il avait enfreint la seule règle que j'avais fixé :
ne jamais me retirer mon bandeau noir ! La chose était pourtant simple. Et il s'y était engagé...


Mes doigts se crispèrent de colère.

Luun avait du sentir le changement en moi, il me serra donc puissamment dans ses bras et embrasse le haut de mon crâne.


D'un mouvement rageur et je cherchais le foulard à tâtons pour le raccrocher sur ma tête, l'opération était difficile dans cette
position. Le Loup me força à le regarder.

Quoi ?
Mon ton était un peu sec.


Tu ne veux pas garder ce sourire que tu avais il y a quelques secondes?

Il tenta de m'embrasser et je me détournais, mon regard était noir de
colère. Je parviens enfin à réajuster mon foulard.

Luun tenta un regard contrit.

Aussi calmement que possible je lui dis :

Je t'avais dis de ne pas y toucher.

De coléreux, mon regard passa à douloureux.

Je ne l'ai pas.. enfin.. c'était tes cheveux que je tenais...

Je restais silencieuse.

Excuse moi.... s'il te plait...

Une larme coula, et je tentais de me détacher de lui. Luun cueillit la larme d'un doigt et laissa une pression dans ses bras pour me
demander de rester.. mais comme je me débattais il relâcha sa pression. De dépit, je donnais un coup de poing sur son bras.

Ne refais jamais ça....

..désolé.

Les deux premiers mots ont été avalés ou presque entre ses lèvres.

En silence j'hochais la tête, je finis par déposer un baiser assez sec sur les lèvres du loup. Il était dépourvu de toute tendresse. Je
me retournais, il ne pouvait plus voir mon visage. Des larmes baignaient mon visage.


J'entendis encore mon compagnon soupirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un matin comme tous les autres.. enfin peut être pas.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un matin comme tous les autres.. enfin peut être pas.
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» Un matin comme tout les autres [Tout les poufsouffles]
» Une amitié pas comme les autres
» Un matin comme les autres ? [Terminé]
» Capitaines du Gondor (SDA)
» Waiting for the bus __ Amanda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Loups D'Azur :: Zone publique :: La taverne - Rire et boire.-
Sauter vers: